Revue de recherche en civilisation américaine http://rrca.revues.org La Revue de Recherche en Civilisation Américaine est une revue universitaire en ligne consacrée aux pratiques symboliques, économiques et sociales aux États-Unis. Elle souhaite donner un écho aux réflexions et aux travaux scientifiques de chercheurs en civilisation américaine et contribuer activement, dans une perspective interdisciplinaire, à la recherche française dans ce domaine. Chaque numéro contient des articles qui répondent d’abord et avant tout à des critères de rigueur intellectuelle, une discussion-débat d’experts, et des recensions d’ouvrages. Le rythme de parution/mise en ligne est annuel. A 21st Century British Comics Community that Ensures Gender Balance In this paper I show how since 2000 there has been a surge of community building activity within the alternative comics “world” in the UK. This, I argue, has positively impacted the position of women as comics creators and as contributors to the comics industry. I maintain that the reason for the surge has been an increasing regard for gender balance in the activity. I focus on the work of Laydeez do Comics and Graphic Medicine to support this. Another cause I propose has been the focus on the autobiographical and/or everyday, domestic subject matter, which has attracted readers and creators from a variety of backgrounds, beyond a traditional comics readership.

I begin by considering the influence of works by Art Spiegelman, Marjane Satrapi, Alison Bechdel and Chris Ware in the popularity of the “graphic novel”, more specifically the “graphic memoir” in the UK. I continue by outlining the activity within the comics community in the early 2000s to establish the context in which Laydee...

]]>
Nicola Streeten http://rrca.revues.org/777 2017-01-18
Editorial Aux Etats-Unis, les utilisatrices de Facebook représentent aujourd’hui 53% des utilisateurs de Facebook qui lisent de la bande dessinée, 40% de plus qu’il y a trois ans. Pourtant, moins de 30% des personnages et des écrivains de BD sont des femmes, même si ces chiffres progressent également (http://www.ozy.com/acumen/the-rise-of-the-woman-comic-buyer/63314). Le lectorat féminin représente donc un marché en expansion, qui pourrait être encore développé par un rattrapage entre productions féminines et productions masculines, ce dont les éditeurs américains semblent être bien conscients.

Qui sont ces auteurs féminins ? quelles productions proposent-elles ? Comment ces propositions ont-elles évolué au cours du temps ? Comment peut-on les comparer avec les productions masculines ? Comment les femmes, en particulier, sont-elles représentées par les auteurs masculins et par les auteurs féminins ? Voici quelques-unes des questions qui ont présidé à la naissance de la journée d'étude sur les...

]]>
Amélie Junqua Céline Mansanti http://rrca.revues.org/724 2017-01-18
L’immeuble mode d’emploi : Building Stories ou l’art de dégrafer le roman graphique américain Cet article se propose d’explorer une œuvre graphique plurielle hors du commun, ni véritablement un roman graphique, ni tout à fait un objet livre. Dans Building Stories, Chris Ware envisage la bande dessinée comme une construction architecturale où les cases s’assemblent comme des maisons. On y raconte des histoires d’immeubles, tout en apprenant à échafauder des histoires. La notion d’adaptation prend tout son sens dans la mesure où le format même de l’œuvre nécessite un ajustement du lecteur qui découvre la partition et doit assembler les éléments de la boîte un à un au gré de son cheminement. L’adaptation occupe ici la thématique centrale. Tous les personnages sont soumis à une obligation de conformité. L’immeuble s’adapte à ses occupants au fil des déménagements. Les corps se métamorphosent sous l’effet de la maternité, du handicap ou de la solitude. Enfin Building Stories est aussi l’histoire du triomphe de l’imprimé à l’heure du numérique.

]]>
Anne Chassagnol http://rrca.revues.org/696 2016-02-02
Editorial Tout à la fois texte et dessin, ressortissant de la culture populaire et de la littérature introspective, le roman graphique est une œuvre hybride, qui ne se laisse pas facilement définir. Impossible d’identifier le roman graphique à un format. Les romans graphiques ne sont pas tous d’épais ouvrages brochés, et l’on peut lire de nombreuses œuvres qui appartiennent clairement à cette catégorie dans des formats plus divers (sérialisé, comme Dykes to Watch out for d’Alison Bechdel, de 1987 à 2008, ou publié en tome comme les romans graphiques Sandman de Neil Gaiman, de 1989 à 1996). On ne peut non plus définir le roman graphique en fonction de la part d’expressivité du texte et du degré d’illustration des images : le roman graphique comme la bande dessinée se détachent du livre illustré par une intégration réciproque des deux media. Le critère fiction/non-fiction est tout aussi défaillant. Les romans graphiques mêlent autant les genres que la fiction et la réalité (comédie, fantasy, fi...

]]>
Amélie Junqua Céline Mansanti http://rrca.revues.org/646 2016-02-02
Wordless Eloquence – Shaun Tan, The Arrival, and Winshluss, Pinocchio The potential expressiveness of a type of wordless comics is paradoxical. Having relinquished the medium of language, only the image, divided into narrative units on the page, is allowed to convey a semantic content to the readers, a content that may be greater than that of traditional comics, since the space cleared up by the absence of dialogue or narratorial comments allows the reader to find a foothold in the visual universes of Shaun Tan and Winschluss. The reader may thus appropriate both the image and the narrative, all the more relevantly as both works represent the process of transcoding experienced during migration and adaptation.

]]>
Amélie Junqua http://rrca.revues.org/685 2016-02-02
Halbout, Grégoire. La Comédie screwball hollywoodienne 1934-1945. Sexe, amours et idéaux démocratiques L’ouvrage de Grégoire Halbout, issu de sa thèse de doctorat, se propose d’examiner ce genre cinématographique éphémère que fut la screwball comedy, comédie amoureuse loufoque produite en grand nombre pendant une dizaine d’année, de It Happened One Night (Capra, 1934) à She Wouldn’t Say Yes (Hall, 1945), avant de disparaître. Au fil des 400 pages du livre, Halbout aborde le genre comme une construction sociale, le produit d’un dialogue entre les textes et ceux que le théoricien Rick Altman appelle dans Film/Genre (1999) leurs « utilisateurs ». Pour Altman comme pour Halbout, qui revendique cette référence, le genre fait donc l’objet d’une négociation entre créateurs, producteurs, spectateurs et institutions critiques, et s’étudie sous l’angle de l’histoire culturelle. L’autre référence théorique centrale de l’ouvrage est l’étude de Stanley Cavell, A la recherche du bonheur. Hollywood et la comédie du remariage (1981), recueil fondateur d’articles sur le genre, est ici traité avec déf...

]]>
Nicolas Labarre http://rrca.revues.org/599 2014-12-29
From the Street to Art Galleries : How Graffiti Became a Legitimate Art Form In this article, I explain why graffiti was established almost immediately as a legitimate art form; unlike other hip hop expressive forms such as rap music or break-dancing. I examine the development of this graphic practice and consider the structural elements responsible for its transition from juvenile clandestine expressive form to artistic profession. I especially argue that institutional commentators (journalists, art critics, academics), as much as galleries owners and art sellers, were determining operators of graffiti’s symbolic transformation into a legitimate art form.

]]>
David Diallo http://rrca.revues.org/601 2014-12-29
Les espaces alternatifs new-yorkais, nouvelles instances de légitimation artistique Dans un article de 2007, « Art et compulsion critique » (Noésis, 2007), Nathalie Heinich explique que la notion d’avant-garde artistique, depuis son élaboration au milieu du XIXe siècle jusqu’aux dernières décennies du XXe, a changé de définition et donc de statut. Jusque tard dans le XXe siècle, l’avant-garde adopte une position marginale en refusant toute participation aux logiques commerciales et institutionnelle :

« À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, l’effort pour construire la singularité du créateur sur sa marginalité par rapport à la « société bourgeoise » a pris la forme non plus individuelle mais collective d’une revendication « avant-gardiste », dans sa double dimension esthétique et politique : il s’agit d’incarner, à plusieurs, l’innovation en art en même temps que le progressisme politique et social. La marginalité est la forme asociale de la singularité (…) Par rapport à l’excentricité, elle présente l’avantage de pouvoir être collective : la marge est parfa...

]]>
Cristelle Terroni http://rrca.revues.org/615 2014-12-29
The Swimmer (Cheever/Perry): de l'adaptation à la normalisation Il n'est pas rare d'entendre les films qui s'inspirent d'œuvres littéraires faire l'objet de jugements portant pour l'essentiel sur le degré de « fidélité » du film au livre. Ces films sont, du reste, bien souvent désignés sous le nom d'adaptations, ou encore « adaptations d'œuvres littéraires pour le cinéma », ce qui ne manque pas d'indiquer le degré de dépendance où on les situe par rapport à l'œuvre dont ils s'inspirent. Nombreux sont les théoriciens ayant souligné la nécessité de se défaire d'un vocabulaire moralisateur (fidélité/infidélité) pour envisager le passage du récit écrit au récit filmique. Dans son livre fondateur de 1977, Le Signifiant imaginaire : psychanalyse et cinéma, Christian Metz explique ainsi que le lecteur « ne retrouve pas toujours son film, car ce qu'il a devant lui, avec le film véritable, c'est à présent le fantasme d'autrui […]. » (Metz 1977, p. 137) Dans son Novel to Film: An Introduction to the Theory of Adaptation, Brian MacFarlane explique à son to...

]]>
Véronique Béghain http://rrca.revues.org/637 2014-12-29
Editorial Il semble impossible de parler du catch sans évoquer « Le monde où l’on catche », le texte que lui avait consacré Roland Barthes, dans ses Mythologies en 1957. Le début de l’article, abondamment cité jusque dans ce numéro, affirme : « La vertu du catch, c’est d’être un spectacle excessif ». De fait, le catch est une figure de l’excès. Objet qui se dérobe, il excède d’abord toutes les catégories, ni tout à fait un sport (les catcheurs sont indiscutablement des athlètes mais ils sont engagés dans un combat privé de l’incertitude de son issue), ni tout à fait un sport de combat (le catch vise à mettre en scène tout ce que le sport de combat précisément rejette, la ruse ou la combine, la traîtrise), ni plus tout à fait un numéro de cirque, d’où il semble provenir. Il ne peut non plus se réduire complètement à un produit marketing. Il excède également, d’une manière tout à fait intéressante, les limites du ring : d’une part le catch a un besoin crucial de public – contrairement à un matc...

]]>
Nicolas Labarre Nathalie Jaeck http://rrca.revues.org/585 2014-12-23