Navigation – Plan du site

«The world can move or not, by changing some words»­: La parole politique en fiction dans The West Wing

Charles Girard

Texte intégral

« I’m sleeping better. And when I sleep I dream about a great discussion with experts and ideas and diction and energy and honesty, and when I wake up, I think : ‘I can sell that’ »

Josiah Bartlet

1La nature consensuelle de la télévision généraliste la rend inhospitalière aux fictions politiques. C’est du moins ce que suggère la rareté des œuvres consacrées aux institutions parlementaires ou présidentielles sur les grands networks américains. La série The West Wing (A la Maison Blanche), créée en 1999 par Aaron Sorkin et diffusée jusqu’en 2006 sur NBC, fait figure d’exception. Suivant les conseillers à l’œuvre dans l’aile ouest de la Maison Blanche pendant les deux mandats du président Josiah « Jed » Bartlet (Martin Sheen), elle mit en fiction pendant sept ans la présidence américaine, développant un genre à peu près inédit: la série politique.

2Le sens de cette fiction est, comme son rapport à la politique américaine, équivoque. The West Wing oscille entre fable utopique et drame réaliste, manifeste partisan et comédie consensuelle, œuvre critique et divertissement conformiste. Ces tensions, propres à la fiction politique, traversent une réinterprétation ambitieuse de l’idéal démocratique américain comme idéal de gouvernement par la parole éclairée et le débat contradictoire. La parole politique est le véritable sujet de la série ; sa mise en fiction permet de créer la vraisemblance requise par l’utopie, d’offrir un récit fédérateur de la conflictualité politique, et d’échapper en partie à l’écueil du renforcement idéologique pour conférer une portée critique au divertissement.

Un genre inédit : la série politique

La Maison Blanche à la télévision

3Le 29 octobre 2008, Barack Obama salue devant les supporters réunis à Kissimmee, « the most recent Democratic president». Ce n’est pas à William Clinton, pourtant présent, que le sénateur de l’Illinois rend hommage, mais à l’acteur Jimmy Smits, qui incarna pendant les dernières saisons de The West Wing Matt Santos, candidat finalement victorieux à la présidence (MacAskill, 2008).

4Deux ans plus tôt, la série s’achevait sur la passation de pouvoir entre deux présidents démocrates, Bartlet et Santos, en un épisode célébrant la capacité de renouvellement de la démocratie américaine (Tomorrow). C’est un message similaire, mêlant promesse de changement et assurance de continuité, que devait porter le meeting de Kissimmee, en scellant la réconciliation publique du président Clinton et du candidat Obama. La présence de Smits suggérait une analogie : Obama serait à Clinton ce que Santos avait été à Bartlet, un digne successeur – les similitudes pointées en 2008 entre Obama et Santos faisant pendant à celles relevées dès 1999 entre Bartlet et Clinton.

5Trente ans après l’élection d’un acteur à la Maison Blanche, la mobilisation de célébrités hollywoodiennes est certes devenu un élément familier des campagnes électorales, de même que la propension des candidats à encourager les comparaisons complaisantes – John McCain désigna par exemple le Jack Bauer de la série 24, où il fit une brève apparition, comme son alter-égo télévisuel (McKelvey, 2008). Mais les rapports entre The West Wing et la politique américaine ne se réduisent pas au jeu familier des citations instrumentales. Si le rapprochement parfois suggéré entre Obama et David Palmer, le président afro-américain des premières saisons de 24, est condamné à la superficialité par l’image rudimentaire que la série donne de la réalité institutionnelle, le tableau sophistiqué qu’en offre The West Wing permet à l’inverse une forme non triviale d’intertextualité entre discours réels et fictifs.

6Cela est d’autant plus remarquable qu’alors même que le pouvoir croissant de l’institution présidentielle et l’avènement de la télévision ont fait de la représentation de la présidence une forme narrative dominante dans les médias contemporains (Schudson, 1995), la Maison Blanche sert essentiellement, dans les séries télévisées, d’arrière-plan pour intrigues comiques ou romantiques, policières ou fantastiques. Qu’elle représente le pouvoir à la dérive, quand elle abrite des conspirations (Prison Break, 24), ou la Nation en péril, quand elle est prise d’assaut par des terroristes (24), elle n’est qu’un décor symbolique. Chaque saison de 24 a beau nous y ramener, enrichissant une galerie variée de figures présidentielles, celle-ci doit plus aux règles du feuilleton, friand de contrastes et de rebondissements, qu’à une vision cohérente de la présidence.

7A quelques exceptions près, réservées aux chaînes câblées – telles Tanner ’88 et Tanner on Tanner de Robert Altman (HBO), c’est sur le mode rétrospectif que les fictions télévisées s’attaquent à la politique institutionnelle : des mini-séries comme Kennedy (NBC, 1983), où Martin Sheen incarne déjà le président, ou Blind Ambition (CBS, 1979), où il joue John Dean, le conseiller de Nixon, évitent les dangers d’une mise en fiction du présent immédiat. Les rares séries qui s’y aventurèrent – telles The Powers that Be (NBC, 1992) ou Women of the House (CBS, 1995) – furent vite annulées, faute d’audience suffisante. La politique institutionnelle, trop ennuyeuse, technique et polémique, ne paraît guère se prêter à une mise en fiction distrayante, accessible et fédératrice.

8La tentation est donc grande de dépolitiser la représentation du pouvoir. Commander in chief (ABC, 2005) met en scène, avec Mackenzie Allen (Geena Davies), une présidente indépendante n’appartenant à aucun parti politique. Allen évolue dans un univers manichéen où les vilains sont vite identifiés – son rival est un ancien ségrégationniste – et où la conjonction de la supériorité morale et de la force armée suffit à résoudre les conflits. Indignée qu’une femme soit menacée de lapidation au Nigeria, elle menace d’intervenir militairement et la sauve aussitôt. Réduit à une suite de coups de poing assénés fermement mais dans un esprit non partisan, l’exercice du pouvoir consiste à effrayer nations rétrogrades et politiciens fascisants : « I'm going to go out there, and I'm going to take the oath of office. I'm going to run this government and if some Islamic nations can't tolerate a female president, then I promise you, it will be more their problem than mine! » (Pilot). Le simplisme consensuel de la série ne l’empêcha pas d’être à son tour rapidement annulée.

9Le succès d’une fiction n’escamotant pas la complexité et la conflictualité de la politique fut donc une surprise. Rencontrant un succès critique souvent réservé aux séries plus exigeantes et moins fédératrices des chaînes câblées, telle HBO (The Sopranos, The Wire, Six Feet Under, Rome), The West Wing remporta en sept ans vingt-six Emmys Awards et attira chaque semaine entre dix et vingt millions téléspectateurs. En 2000, plus d’Américains suivirent le premier épisode de la seconde saison que la retransmission du dernier Discours sur l’état de l’Union du président Clinton.

Un genre hybride 

10C’est en empruntant à des genres télévisuels familiers que The West Wing assure un succès populaire à ce genre inédit : la série politique.

11Comme nombre de séries policières ou hospitalières, The West Wing est un professional drama, une fiction reposant sur l’unité d’un lieu de travail et d’une équipe de professionnels. Comme dans ER (Urgences), produit par le même John Wells, si les crises extérieures faisant régulièrement irruption dans l’espace intérieur rythment le récit et délivrent les rebondissements, ce sont les relations entre protagonistes qui soutiennent la continuité du récit et l’attachement du spectateur à la fiction - qu’il s’agisse de la rivalité opposant Bartlet à son vice-président ou des atermoiements romantiques du sous-directeur de cabinet Josh Lyman (Bradley Whitford) et de sa secrétaire Donna Moss (Janel Moloney). Ces relations n’évoluent toutefois guère en sept ans et la série reste discrète sur la vie privée de ses héros, dont l’amitié paraît indéfectible.

12C’est que The West Wing emprunte aussi à un autre genre, qui relègue au second plan les rivalités qu’affectionnent les professional dramas : la sitcom familiale. L’équipe de l’aile ouest est une famille, sur laquelle veille la figure protectrice et admirée du président, père jaloux de trois filles qui traite son assistant Charlie Young (Dule Hill) comme un fils et nourrit des sentiments paternels pour chacun de ses conseillers. Quand Bartlet ne réunit pas ses troupes pour partager une partie de cartes (Mr Willis of Ohio) ou un chili présidentiel (The Crackpot and These Women),il les retrouve autour de son lit pour faire le point sur la journée, évoquant le tableau rassurant du bonheur domestique américain (Mandatory Minimums). La First Lady, Abigaël Bartlet (Stockard Channing) et le directeur de cabinet, Leo McGarry (John Spencer), se partagent le rôle du second parent, protégeant ou rabrouant les membres de la turbulente et solidaire fratrie. Célibataires sans enfants, les conseillers sont tous confrontés à des manques parentaux – la mort du père de Josh et de la mère de Charlie, la maladie du père de C.J. ou le passé meurtrier du père de Toby – qui les rendent disponibles et avides de trouver leur place dans la famille présidentielle.

13La gravité du drame professionnel se mêle donc à la bonhommie de la comédie familiale, l’autodérision contrebalançant le sérieux – et parfois la grandiloquence – du propos, par exemple quand les conseillers débattent de l’opportunité d’une réaction législative, après le meurtre d’un jeune homosexuel :

SAM : I’m not sure I’d put my foot on the gas so hard with hate crimes legislation.

C.J. : First of all, I barely grazed the gas. Second of all, why not?

SAM : Because we’re not sure where we stand on this.

C.J. : I know where I stand on this.

SAM : Congratulations, but the rest of us...

C.J. : They threw rocks at his head.

SAM :I understand, but I’m just saying...

C.J. :Ah. I’ll keep my food off the gas.

SAM : Thank you.

C.J. : What’s your secret service code name? […] Mine’s Flamingo.

SAM : […] Flamingo is a nice looking bird.

C.J. : The flamingo is a ridiculous looking bird.

SAM : […] Any way for me to get out of this conversation?

(In Exelcis Deo)

14Sorkin ayant quitté la série au terme de la quatrième saison, Wells tenta de renouveler la série en instaurant des tensions inédites, tels l’affrontement violent de Bartlet et sur la question palestinienne (The Birnam Woods) ou la rivalité fratricide entre Josh et Toby culminant en une rixe pathétique (Drought Conditions). Mais cette évolution, ramenant The West Wing vers l’atmosphère lourde d’ER dans les épisodes sombres et parfois médiocres de la cinquième saison, ne modifia pas durablement l’équilibre générique de la série. Lors des deux dernières saisons, centrées sur la campagne de Santos, une nouvelle famille politique émerge autour de ce dernier, dont l’harmonie vient remplacer celle, perdue, de la Maison Blanche, avant de s’y installer pour de bon.

15The West Wing n’est pas la saga d’une famille déchirée, et les divisions s’estompent dès que Bartlet rappelle ses troupes à l’ordre, comme dans le Pilot. Josh ayant offensé les représentants de la droite religieuse lors d’un débat télévisé (« Lady, the God you pray to is too busy being indicted for tax fraud ! »), ceux-ci viennent réclamer des excuses à la Maison Blanche. La discussion s’envenime, les interlocuteurs se disputant même sur le contenu du premier commandement. Bartlet fait alors enfin son entrée et tranche le désaccord en proférant la parole biblique : « I am the Lord your God. Thou shall worship no other God before me. Boy, those were the days, huh ? ». Comme le verbe divin, le verbe présidentiel dit le bien et le mal : après avoir chassé les zélotes de « sa » Maison Blanche, Bartlet réprimande ses conseillers (« Break’s over. ») et tance paternellement le coupable (« Josh, [… ] don’t ever do it again. »). Toujours édifiants, souvent pontifiants, les sermons que Bartlet impose à ses collaborateurs, mi-fascinés mi-accablés, résolvent les conflits : le président est le patriarche dont l’autorité sacrée peut unifier la grande famille turbulente qu’est la Nation américaine.

16L’hybridation des genres télévisuels permet d’offrir au téléspectateur des repères familiers tout en faisant s’annuler leurs logiques narratives respectives, pour en produire une nouvelle : ce sont les intrigues proprement politiques, qui se nouent et se dénouent dans chaque épisode à la manière des formula shows, qui font avancer l’action de The West Wing.

Emprunts et intertextualité

17La matière de ces intrigues est elle aussi familière, car empruntée à la politique américaine contemporaine. Personnalités réelles et imaginaires se côtoient ainsi dans la série : c’est Abdul Shareef, ministre du Qumar, qui menace la sécurité des États-Unis (Posse Comitatus), mais c’est à Arafat que Bartlet demande à parler quand un kamikaze palestinien commet un attentat (On the Day Before). Conseillés par d’anciens membres des administrations Carter, Reagan, Bush et Clinton – Elie Attie, ex-plume d’Al Gore, ou Lawrence O’Donnell, ex-directeur de cabinet de la Commission des finances du Sénat, deviendront même co-producteurs, les scénaristes de The West Wing tirent de l’histoire présidentielle récente la trame des intrigues publiques et privées de la série. Les enquêtes parlementaires suscitées par la révélation de la maladie longtemps tue par Bartlet font ainsi écho à celles qui embarrassèrent Clinton durant « l’affaire Lewinski », comme la relation amoureuse empêchée de C.J. Cregg (Allison Janney), la porte-parole de Bartlet, et du reporter Danny Concannon s’inspire de la vie privée de Dee-Dee Myers, porte-parole de Clinton.

18Hormis quelques écarts difficiles à résorber, telles la présence de l’armée américaine sur la bande de Gaza (The Birnam Wood) ou son absence d’Irak, l’Amérique de The West Wing reste proche de l’Amérique actuelle, et Bartlet est confronté aux mêmes périls que ses homologues réels : catastrophes climatiques et menaces nucléaires, guerre culturelle et terrorisme. Cette contemporanéité qui ne laisse aucune place à la distance historique mais évite les références trop précises à l’actualité immédiate (à la différence de séries développant des faits divers ripped from the headlines, comme Law and Order) produit un effet de continuité temporelle d’un monde à l’autre, renforcé par le procédé classique des épisodes saisonniers diffusés à Noël, Thanksgiving ou Memorial Day.

19Mais les fragments de réel mis en fiction sont avant tout discursifs. Les paroles qui saturent la série, la plus bavarde de l’histoire de la télévision, sont souvent celles de l’histoire américaine. Le premier Discours sur l’état de l’Union de Bartlet reprend un paragraphe entier de celui prononcé par Clinton en 1999 (He Shall, From Time to Time), et quand un attentat frappe une université (20 hours in America), la réaction vibrante du président (« This is a time for American heroes and we reach for the stars ») emprunte les mots de Reagan, après l’explosion de Challenger (« Our nation is indeed fortunate that […] we are still blessed with heroes […] Sometimes, when we reach for the stars, we fall short »). L’écriture de Sorkin, d’une qualité rare à la television, fait de l’emprunt le mode de référence privilégié de la série au réel. L’auteur s’en justifie par la voix Sam Seaborn (Row Lowe), l’une des plumes de Bartlet : « Good writers borrow from other writers. Great writers steal from them outright » (20 hours in America).

20L’effet de continuité ainsi créé entre les paroles fictionnelle et réelle est tel qu’elles peuvent se mêler sans incongruité dans un texte au statut ambigu : en septembre 2008, Sorkin publie dans le New York Times un dialogue imaginé entre le candidat Obama, alors menacé dans les sondages par McCain, et le président Bartlet, qui l’enjoint de riposter vigoureusement aux attaques de son adversaire.

OBAMA : What would you do?

BARTLET : GET ANGRIER! Call them liars, because that’s what they are. […] You were raised by a single mother on food stamps — where does a guy with eight houses who was legacied into Annapolis get off calling you an elitist? And by the way, if you do nothing else, take that word back. Elite is a good word, it means well above average. I’d ask them what their problem is with excellence. While you’re at it, I want the word “patriot” back.

(Dowd, 2008)

21Cette défense de l’élitisme renvoie à un thème central de la série : le dirigeant éclairé doit prendre le risque de tirer la Nation vers le haut, plutôt que de s’abaisser avec elle par démagogie. Bien qu’il soit lui-même déchiré entre ses hautes ambitions et un désir irrépressible de popularité – « It’s Dr Jekyll and Uncle Fluffy », raille Toby Ziegler, le directeur de la communication (The Two Bartlets) –, Bartlet le sait bien : « It's not our job to appeal to the lowest common denominator […] It's our job to raise it » (Manchester).

22Mais il est frappant que les conseils prodigués au candidat, qu’ils soient ou non avisés, font sens dans le contexte de la campagne : ils ne sont pas condamnés à l’absurdité par leur origine fictionnelle, car la fiction ici est véritablement politique.

La dramatisation de la complexité

23Cela ne tient pas qu’à l’intertextualité entre discours réels et fictifs. Loin de masquer la complexité et la conflictualité de la politique institutionnelle, The West Wing les dramatise, en faisant au téléspectateur une double promesse de dévoilement et d’initiation.

24The West Wing ne s’attarde guère sur les faces connues de la présidence : les épisodes s’achèvent alors qu’un discours présidentiel va commencer, ou débutent quand il s’éloigne déjà de la tribune. Ce sont les coulisses ou plutôt les couloirs du pouvoir exécutif, rarement visibles à l’écran, que la fiction prétend mettre au jour : C.J. reportant à la veille du week-end la publication d’informations compromettantes pour leur assurer une audience minimale (Take out The Trash Day), Toby tentant de repousser l’adoption d’un indicateur de pauvreté plus précis mais qui aggrave statistiquement le bilan de Bartlet (The Indians in the Lobby), ou Josh menaçant un membre de son parti d’entraver sa réélection s’il ne soutient pas un projet de loi (Five Votes Down). Leo sait ce combat quotidien peu reluisant: « There are two things in the world you never want to let people see how you make them: laws and sausages » (Five votes down) - c’est pourtant cette cuisine qui attire le téléspectateur.

25La transparence promise doit rendre visible le caché, mais aussi accessible le complexe : l’initiation accompagne le dévoilement. Des développements spectaculaires – Bartlet est victime d’un attentat (What Kind of Day Has it Been), sa fille Zoé est enlevée (Commencement) – viennent certes raviver l’intérêt du spectateur en fin de saison, mais l’ordinaire de la série est moins aventureux : entre deux crises internationales, on débat du statut de Porto Rico et des vertus de l’éthanol, des techniques de recensement ou du système de protection sociale. Comme ER, The West Wing se plait à saturer le discours de termes techniques, sigles et abréviations, noms de comités ou numéros d’amendements. Mais elle engage le téléspectateur à déchiffrer ces signes - s’il n’est nul besoin de savoir quel produit est injecté au patient du Dr Carter pour s’inquiéter de son sort, il faut comprendre ce qu’est l’Equal Rights Amendment pour goûter la joute verbale opposant Sam et Ainsley Haynes (Seventeen People).

26La fonction de ces débats incessants est à la fois dramatique et didactique. Donna, porte-parole des non-initiés, exige de Josh qu’il justifie l’usage du surplus budgétaire (« I want my money back », Mister Willis of Ohio) et suscite des explications qui s’adressent aussi au spectateur. La narration dramatise la complexité tout en en promettant le déchiffrement. La technique du « walk-and-talk » élaboré par le réalisateur Thomas Schlamm, qui repose sur l’enchaînement de longs travellings accompagnant avec fluidité et agilité les déambulations loquaces des conseillers à travers les couloirs, confère un dynamisme proprement télévisuel à un dispositif par ailleurs largement théâtral. A l’intérieur de chaque plan séquence, les conseillers du président quittent et rejoignent le champ et la conversation, et ce va-et-vient constant produit une multitude de fragments de discussions intermittentes. Le procédé allège les échanges didactiques, mais exige une attention accrue du téléspectateur, balloté d’arguties en plaisanteries (Smith, 2003). Il donne surtout à voir l’agilité mentale et langagière des hommes du président, confrontés à un flot des événements et des arguments que leur ballet virtuose s’efforce de maîtriser. Ils ne cessent de s’y perdre, et leur mouvement ne mène parfois nulle part.

SAM : Where are you going?

JOSH : Where are you going?

SAM : I was following you.

JOSH : I was following you. All right, don’t tell anyone this happened, okay?

(Five Votes Down)

27Bartlet ne cesse ainsi d’oublier pourquoi il a décroché un téléphone ou ouvert un dossier, et doit compter sur ses conseillers pour le guider d’une tâche à l’autre : « What’s next ? ». Le découpage des épisodes, prenant en cours des discussions dont l’enjeu ne sera que tardivement révélé (Five Votes Down) ou s’interrompant avant d’avoir révélé l’issue d’une catastrophe (The State Dinner), n’extirpe que d’incomplets fragments du flux des affaires présidentielles. Sam en est effaré: « Until you sit in the room all day, you can't comprehend the chaos of the Oval Office » (24 Hours in America).

28Mais la fluidité des mouvements de caméra évite que la série ne devienne anxiogène : l’usage de la steadicam, loin des effets heurtés de la caméra à l’épaule d’ER, rassure le spectateur déjà réconforté par la comédie familiale.

29C’est en mettant au premier plan la parole politique sous toutes ses formes que la série politique rend son objet distrayant et accessible sans le dépolitiser : discours et débats exhibent la complexité du monde tout en promettant de l’ordonner.

II. Une utopie civique et rhétorique : le gouvernement par la parole

Réalisme et utopie

30The West Wing s’est vue reprochée son manque de réalisme, critiques profanes et savants s’appliquant à identifier ses « erreurs » : le manque de compétition entre conseillers, la sous-évaluation du rôle du vice-président, ou encore l’idéalisme vertueux des personnages. Ceux-ci joignent il est vrai à une aisance langagière rare un esprit civique peu commun : malgré leurs défauts – l’alcoolisme de Leo, l’arrogance de Josh, la froideur de Toby – ils sont moralement admirables. Bartlet a failli, bien sûr, en dissimulant sa sclérose en plaques. Mais invité à accepter une motion de censure du Congrès pour mettre un terme aux enquêtes parlementaires, il accueille la sanction comme une juste punition :

BARTLET : Lots of time, we don’t know what’s right and wrong, but lots of time we do. And come on, this is one […] No one in government takes responsibility anymore […] So we come to occupy a moral safe house where everyone’s to blame so no one’s guilty. I’m to blame, I was wrong.

(H.Con-172)

31Portés par une croyance sincère dans la justesse de leur cause, les conseillers de Bartlet servent l’intérêt général. Sorkin le reconnaît volontiers : « That's unusual in American popular culture by and large. Our leaders [...] are portrayed either as dolts or as Machiavellian somehow. The characters in this show are neither […] They are dedicated not just to this president, but to doing good, rather than doing well » (Sorkin, 2000). L’influence de Capra est évidente et Sorkin lui rend hommage – le patronyme de Will Bailey (Joshua Malina) évoque le George Bailey de It’s a Wonderful Life et inspire à Sam une imitation de James Stewart (Game On).

32C’est en réalité une utopie civique que propose The West Wing : elle ne montre pas ce qu’est le pouvoir exécutif, mais ce qu’il pourrait être, porté par une parole sincère et éclairée – non pas un monde apaisé, ou un gouvernement triomphant, mais des dirigeants modèles, aux vertus morales et intellectuelles admirables. Car le gouvernement républicain requiert la vertu, Madison le savait : « Is there no virtue among us ? If there be not, we are in a wretched situation. No theoretical checks, no forms of government, can render us secure » (Madison, 1787-88, n°10). 

33La campagne présidentielle d’Obama a encouragé une autre lecture de la série, louant au contraire son réalisme prophétique, mais négligeant par là elle aussi sa visée utopique : comme l’art annonce parfois la vie, Santos aurait annoncé Obama.

34Entre le député du Texas et le sénateur de l’Illinois, les similitudes sont effectivement frappantes. Père de deux enfants et époux télégénique, Santos est un ancien community organizer passé à la politique. Hispano-américain, il refuse d’être le candidat d’une communauté: « I dont want to be just the brown candidate. I want to be the American candidate » (Opposition Research). Marié à une femme blanche, il offre la promesse d’une Amérique « post-raciale » enfin réconciliée. Accusé d’inexpérience, il défend un discours d’espoir et de changement, et promet de dépasser les frontières partisanes.

35Mais ici comme ailleurs, c’est plutôt l’art qui imite la vie. En 2004, quand Obama apparaît sur la scène politique nationale en prononçant un discours à la Convention de Denver, les scénaristes de la série, qui songent à la succession de Bartlet, décident d’en faire le modèle de leur nouveau candidat. C’est bien Santos qui est inspiré d’Obama.

36Il reste les coïncidences. Comme Obama, Santos s’impose de justesse contre le favori démocrate au terme d’une interminable primaire – la série mettant en scène le cauchemar démocrate finalement évité en 2008 : ce sont les délégués qui départagent les candidats lors d’une tumultueuse Convention. Comme McCain, l’adversaire républicain de Santos, Arnold Vinick (Alan Alda), s’est imposé contre un prédicateur chrétien et est contraint de choisir son candidat à la vice-présidence dans les rangs de la droite ultrareligieuse pour faire oublier ses positions modérées sur le contrôle des armes, l’avortement ou la religion. En 2006 comme en 2008, une crise imprévue paraît décider de l’élection, un accident dans une centrale nucléaire – et non une crise financière – permettant au démocrate de l’emporter. En pleine campagne, le conseiller d’Obama David Axelrod écrivait à Attie : « We're living your scripts! » (Freedland, 2008). À peine élu, Obama choisit comme directeur de cabinet Rahm Emmanuel, qui inspira neuf ans plus tôt le personnage de Josh, conseiller de Bartlet devenu directeur de campagne puis de cabinet de Santos.

37Ces parallèles, voulus ou fortuits, témoignent de la richesse du rapport référentiel de The West Wing à la politique américaine. Mais elles occultent une continuité plus significative de la fiction au réel : celle des discours. Annonçant sa candidature, Santos reprend le thème du discours de Denver, qui donnera son titre au livre d’Obama en 2006 : The Audacity of Hope.

SANTOS : « I am here to tell you that hope is real […] In a life of trial, in a world of challenges, hope is real [...] There is such a thing as false science. There is such a thing as false promises. I am sure I will have my share of false starts. But there is no such thing as false hope. There is only hope.

(Faith-base initiative)

38Deux ans plus tard, lors d’un débat télévisé, Hillary Clinton reproche à son rival de susciter de faux espoirs en employant une rhétorique creuse : « Words are not actions. And as beautifully presented and passionately felt as they are, they are not action ». La réponse d’Obama est familière : « This whole notion of false hopes bothers me. There is no such thing as false hopes. We can focus and get things done ».

They’re have been period of times in our history where a president inspired the American people to do better. And I think we’re in one of those moment right now […] The truth is, actually, words do inspire. Words do help people get involved […] Don’t discount that power, […] I’m running for president because I want to tell them: Yes, we can. (Fallows, 2008)

39Le candidat et la série puisent à la même source : la conception républicaine du pouvoir présidentiel comme pouvoir rhétorique, ancrée dans la tradition de la prédication puritaine, célébrant la puissance du verbe divin.

La puissance du verbe présidentiel

40L’idée que la présidence implique « a rhetorical leadership » remonte à Washington, qui instaura le rituel d’un discours inaugural que la Constitution ne prescrivait pas (Zarefsky, 2001). La parole présidentielle est fédératrice : le premier discours inaugural de Jefferson, prononcé après la violente campagne électorale de 1800, ou le second de Lincoln, annonçant la fin de la guerre civile, avancèrent la réconciliation nationale en appelant à l’unité. Mais elle est aussi créatrice : la promesse de la conquête de la lune faite par Kennedy, l’appel à la chute du mur de Berlin lancé par Reagan, participèrent de leur réalisation. Elle est même autocréatrice : Jackson, interprétant pour la première fois son élection comme un mandat confié par la volonté du peuple, ou F.D. Roosevelt, s’adressant directement aux citoyens grâce à la radio, délimitèrent par la parole les nouvelles frontières d’un pouvoir présidentiel que la Constitution ne définissait pas entièrement (Campbell et Jamieson, 1990).

41Parce qu’ils partagent la croyance dans la puissance performative du verbe présidentiel, Obama et Santos répondent par deux discours similaires à l’épreuve la plus périlleuse et prévisible de leurs campagnes. Contraints de s’exprimer sur la question raciale – l’un parce que son pasteur noir a tenu des propos virulents sur la responsabilité de l’Amérique blanche, l’autre parce qu’un policier latino a abattu un jeune afro-américain (Undecideds) – ils reconnaissent la colère exprimée, dénoncent sa stérilité, et proclament son dépassement par l’union. Leur parole n’est pas qu’une promesse, elle est le premier pas vers la réconciliation.

42Orateur en chef, le président doit mettre la puissance de la rhétorique au service de l’intérêt général. Celui de Sorkin est donc un homme de lettres. Prix Nobel d’économie, Bartlet est un latiniste érudit, féru de littérature classique ; il exige des sermons comme des discours qu’ils emploient pleinement les ressources poétiques et persuasives du langage.

BARTLET : Words, when spoken out loud for the sake of performance, are music. They have rhythm, and pitch, and timbre, and volume. These are the properties of music, and music has the ability to find us and move us, and lift us up in ways that literal meanings can't. Do you see?

ABBEY : You are an oratorical snob.

BARTLET : Yes, I am. And God loves me for it.

(War Crimes)

43Alors que la rhétorique de l’ère télévisuelle le sound bite au discours, la conversation à la harangue et l’image au mot (Jamieson, 1990), The West Wing renoue avec l’art oratoire des présidences passées. Encyclopédie vivante de l’histoire américaine, Bartlet cite Washington et Lincoln, Jackson et Roosevelt, d’ailleurs présents en arrière-plan, grâce aux portraits ornant la Maison Blanche. C’est à leur parole qu’il lui faut mesurer la sienne, comme le lui rappelle Léo quand son audace oratoire s’étiole : « 272 words. That's all Lincoln said at the Gettysburg address; it took four minutes – and set the tone for the next century » (365 Days).Descendant direct et – à un « t » près – exact homonyme du signataire de la Déclaration d’indépendance Josiah Bartlett, Bartlet entretient un rapport privilégié à la Constitution qu’il a juré de protéger. Dans l’ultime épisode, c’est l’exemplaire familial du texte constitutionnel qu’il lègue à Charlie (Tomorrow), à qui il avait déjà offert un couteau forgé par Paul Revere pour les Bartlett (Shibboleth).

44Mais le président doit aussi proférer une parole nouvelle, adaptée au présent, qui fédère la nation et fasse advenir le changement. « The world can move or not, by changing some words » souligne Toby (The Crackpots and These Women). Ce n’est pas un hasard si ce dernier – secondé par Sam – est en même temps la plume de Bartlet et sa conscience politique. Sa tâche est de préparer les discours mais aussi de rappeler leur véritable auteur à sa mission rhétorique. Car le pouvoir de la parole présidentielle soumet celui qui l’exerce à de périlleuses tentations.

45La première est l’insincérité. Si la dissimulation de sa maladie par Bartlet est grave, c’est qu’elle sape la prétention du président à dire le vrai. En écho aux justifications acrobatiques de Clinton, menacé d’impeachment pour s’être parjuré, Bartlet se défend d’abord d’avoir menti, invoquant de simples omissions. Mais voyant ses conseillers ébranlés, il comprend qu’il doit reconnaitre son tort, pour pouvoir à nouveau remplir son rôle. Dans le film The American President (1995), écrit par Sorkin, le président Sheperd (Michaël Douglas) devait faire face aux mensonges politiques et médiatiques ; un discours improvisé devant les caméras lui suffisait à révéler l’hypocrisie de ses adversaires et à convaincre les citoyens. Les présidents sorkiniens font apparaître la vérité en proférant une parole sincère (Quiring, 2003). C’est pourquoi Bartlet suscite la ferveur. Josh rallie sa campagne après l’avoir entendu parler franchement, au risque de déplaire : « He’s the real thing ». Sam, avocat dans un cabinet d’affaires, et C.J., attachée de presse à Hollywood, sacrifient des carrières lucratives pour le rejoindre : c’est l’occasion de cesser de mentir et de se consacrer à l’édification d’un discours public de vérité (In the Shadow of Two Gunmen). Candidat improbable, Bartlet ne s’est d’ailleurs lancé dans les primaires que pour forcer le favori à la franchise : « I got in it to give some speeches and keep him honest... » (Manchester).

46Mais la sincérité ne suffit pas. Il faut encore résister à la lâcheté que nourrit la crainte de l’échec et de l’impopularité. C’est l’enjeu du conflit entre les deux Bartlet que voit Toby :

TOBY : Well, there’s always been a concern... about the two Bartlets. The absent-minded professor with the “Aw, Dad” sense of humor. Disarming and unthreatening. Good for all time zones. And the Nobel Laureate. Still searching for salvation. Lonely, frustrated. Lethal.

BARTLET : You’re gonna sing a country western song?

(The two Bartlets)

47Libérée pendant la campagne, la parole du président est paralysée par l’exercice du pouvoir et le souci de la réélection. L’émancipation rhétorique de Bartlet demandera une thérapie, entreprise par Léo et Toby, qui passe elle-même par la parole :

BARTLET : I don’t want to feel like this anymore.

LEO : You don’t have to.

BARTLET : I don’t want to go to sleep like this.

LEO : You don’t have to.

BARTLET : I want to speak.

LEO : Say it out loud. Say it to me.

BARTLET : This is more important than reelection. I want to speak now.

LEO : Say it again.

BARTLET : This is more important than reelection. I want to speak now.

(Let Bartlet Be Bartlet)

48Même sincère et courageuse, la parole présidentielle peut mal user de son pouvoir, en le niant ou en en abusant. A la veille d’un discours attendu, Bartlet est parfois pris d’un soudain désir d’annoncer une réforme spectaculaire, mesure éducative (The Portland Trip) ou plan de lutte contre le cancer (100 000 Airplanes). Sam encourage ces élans, par lesquels l’idéal revigore la politique ordinaire : « Oratory should raise your heart rate. Oratory should blow the doors off the place ». Le risque, pourtant, est qu’une promesse sans lendemain prive la parole de sa crédibilité, qui fait son pouvoir.

TOBY : I'd love to write a speech about a radical new approach to education, but we don't have one! So unless we can come up with an idea and implement it before we land in Portland, I'd prefer not to paint a picture in the interest of great oratory. Let's take a walk.

SAM : Can't great oratory inspire an idea that can be implemented?

(The Portland Trip)

49Le risque inverse existe aussi : celui d’oublier que la parole peut et doit ébranler le monde.

BARTLET : A President stood up. He said we will land a man on the moon before the end of the decade. […] We didn't know about the lunar surface. We didn't know how to land one of these things. […] We didn't know how to blast off again, but a President said we're gonna do it, and we did it. So I ask you, why shouldn't I stand up and say we are going to cure cancer in ten years?

(100 000 Airplanes)

50Le verbe présidentiel exige sincérité et courage, mais aussi responsabilité ; il lui faut éviter le silence stérile comme la promesse trompeuse.

Voix partisane et débat public

51La célébration de la sincérité comme idéal de la parole politique menace d’occulter la pluralité des points de vue: confier un magistère rhétorique au président rend difficile la reconnaissance de voix discordantes pourtant légitimes. Woodrow Wilson voyait là l’évolution de la plus frappante de la fonction présidentielle : « There is but one national voice in the country, and that is the voice of the President » (Wilson, 1908).

52La parole présidentielle se fait à l’occasion parole révélée dans The West Wing. Bartlet, fervent catholique qui envisagea d’entrer dans les ordres, s’adresse d’ailleurs à Dieu d’égal à égal (et en latin) pour lui reprocher violemment son injustice et le vouer à la croix : « Cruciatus in crucem. Eam in Crucem » (Two Cathedrals). La sacralité du président tient à sa fonction mais aussi à son charisme – l’aisance oratoire de Bartlet, dont les discours sont filmés en contre-plongée à grand renfort de mélodies patriotiques, tient du miracle. Leo s’en émerveille : « A podium is a holy place for him. He makes it his own like it's an extension of his body » (Bartlet For America). La mise en scène lyrique de cette parole sacrée a exposé The West Wing aux accusations de propagande – qu’elle soit suspectée de prosélytisme libéral ou de conformisme idéologique.

53Malgré les dénégations dérisoires de Sorkin et Wells, le propos de la série est indéniablement progressiste – liberal, au sens américain. Un critique put parler de « feel-good presidency »: « a selective (yet ever didactic) liberal retreat into political fantasy, […] [an] imaginary, cultural platform for the revival of liberal politics in America » (Lehman, 2001). Apôtre du libre-échange, Bartlet est surtout un démocrate à l’ancienne, opposé à la peine capitale et à la déforestation, à la prière à l’école et à l’interdiction de la pornographie, au traitement discriminatoire des homosexuels et aux guerres préventives, mais favorable à la Cour pénale internationale. Les prises de position publiques des acteurs – et en particulier de Sheen, activiste pro-environnement arrêté plusieurs dizaines de fois en manifestations – ancrent un peu plus la série à la gauche du parti démocrate.

54Les conseillers républicains recrutés par Bartlet, telle Ainsley Haynes, demeurent à l’arrière-plan et font figure de cautions. Robert Richie, le gouverneur républicain de Floride que Bartlet affronte pour sa réélection, est d’emblée discrédité par son inintelligence, « a .22 caliber mind in a .357 magnum world » (The U.S. Poet Laureate). Ce n’est certes pas le cas du républicain Vinick, le brillant et intègre rival de Santos – pour maintenir incertaine l’issue d’une élection utopique, il fallait deux candidats également admirables. Mais les positions de Vinick sont plus progressistes que celles de nombreux démocrates réels ; il poursuit, à l’intérieur de son parti la guerre culturelle contre la droite religieuse que mènent les conseillers de Bartlet depuis le Pilot – et que Sorkin poursuivra, sous une forme moins aboutie, avec Studio 60 on the Sunset Strip (NBC, 2006).

55Un commentateur conservateur l’avait dénoncée comme « the ultimate Hollywood fantasy : the Clinton White House without Clinton […], nothing more or less than political pornography for liberals » (Podhoretz, 2000). Gouverneur inconnu qui se distingue dans les primaires par sa maîtrise des débats, Bartlet évoque un Clinton puritain, sans frasques ni scandales. Il corrige même les erreurs de ce dernier quand Toby le convainc de retirer de son Discours sur l’état de l’Union la phrase de Clinton qui avaient tant choqué les liberals en 1996 : « The era of big government is over » (He Shall, From Time to Time).

56The West Wing n’instaure nulle distance par rapport à son héroïque président, qui impose parfois brutalement une parole définitive. C’est sans ménagement qu’il chasse les représentants de la droite religieuse accusés d’encourager les fanatiques chrétiens – « You’ll denounce these people […] And until you do, you can all get your fat asses out of my White House » (Pilot). Quand il aperçoit, assise face à lui, une animatrice de radio qui condamne l’homosexualité en invoquant la Bible, Bartlet ne se contente pas d’un monologue dénonçant la lecture littérale des Écritures, il l’humilie : « One last thing, while you may be mistaking this for your monthly meeting of the Ignorant Tightass Club, in this building, when the President stands, nobody sits » (The Midterms).

57Mais cette violence rhétorique occasionnelle ne vise pas tous ses adversaires, seulement ceux qui, par leur médiocrité morale ou intellectuelle, corrompent le dialogue public. Si Bartlet terrasse Richie lors du débat qui assure sa réélection triomphale, c’est que celui n’est pas capable de répondre (Game On). Invité à débattre (« We should have a great debate, Rob; we owe it to everyone »), Richie n’a rien à dire – seulement des clichés, qui suscitent l’ire du président : « In the future, if you're wondering, "Crime. Boy, I don't know" is when I decided to kick your ass » (Posse Commitatus).

58Autant que la puissance du verbe présidentiel, c’est bien la force du débat public que célèbre l’utopie sorkinienne, en renouant avec l’idéal des Pères fondateurs. C’est la délibération publique, et non une opinion partisane particulière, fut-elle celle du président, qui doit guider la Nation américaine – « the deliberate sense of community must govern » (Madison, 1787-88, n°63). Josh se le voit rappeler, quand il moque l’avocat d’une cause qu’il croit perdue : «This country is meant to be unfinished. We're meant to keep doing better. We're meant to keep discussing and debating » (Six Meetings Before Lunch).

59Le magistère rhétorique de Bartlet n’empêche pas les discussions de demeurer irrésolues, et les décisions contestées. Quand il faut décider d’accorder ou non une grâce présidentielle à un meurtrier condamné à mort, ses conseillers se relaient pour défendre le pour et le contre. Opposé à la peine capitale, Bartlet est aussi soucieux de ne pas laisser l’arbitraire présidentiel l’emporter sur la Constitution, et refuse finalement la grâce. Take this Sabbath Day s’achève sur un président en pleurs, agenouillé devant son confesseur et rongé par le doute. Conscient de sa faillibilité, Bartlet s’entoure d’avis divergents, laisse ses conseillers se faire les avocats de toutes les perspectives avant de trancher. Cette pesée du pour et du contre prend la forme d’une pulsion argumentative et persuasive qui est le motif psychologique et le ressort narratif dominant de la série. Elle s’impose à tous, repoussant la conclusion romantique du marivaudage entre Mallory McGary et Sam, quand ils débattent du financement de l’éducation publique (Six Meetings Before Lunch), et retardant les ébats présidentiels, quand Abbey veut faire admettre à son époux que le rôle des femmes est occulté par l’histoire américaine (And It’s Surely to Their Credit).

60Bartlet peut en même temps imposer une parole présidentielle partisane et servir la délibération publique, car c’est la confrontation des perspectives qui nourrit le débat contradictoire : « Partisan politics is good. Partisan politics is what the founders had in mind. It guarantees that the minority opinion is heard, and as a lifelong possessor of minority opinions, I appreciate it » (Game on). La série elle-même – dont la dernière saison propose un épisode intégralement consacré à un débat en temps réel entre Santos et Vinick (The Debate) – fait sien le projet formulé par Bartlet, quand sa parole est enfin libérée : « I’m sleeping better. And when I sleep I dream about a great discussion with experts and ideas and diction and energy and honesty, and when I wake up, I think: ‘I can sell that’ ». Leo peut alors rappeler ses troupes à leur héroïque mission et prêter sa voix à l’ambition de Sorkin : « We're going to lose some of these battles. We might even lose the White House. But we're not going to be threatened by issues. We're going to put them front and center. We're going to raise the level of public debate in this country. And let that be our legacy » (Mandatory minimums).

Renforcement idéologique et portée critique

61Cette célébration du débat public adossée à un patriotisme consensuel est fédératrice, et malgré son parti-pris, la série fut suivie par républicains et démocrates. Le clivage est ailleurs : son public appartenait aux classes les plus aisées et les plus éduquées. Exigeant du téléspectateur des ressources culturelles et linguistiques importantes, The West Wing célèbre les mérites de l’élite produite par le système éducatif américain – comme le note P. Finn, « it is at heart a show that promises that the Ivy League will save us » (Finn, 2003). Hyper-éduqués et omni-compétents, les conseillers de Bartlet sont pour l’essentiel des hommes blancs, sûrs de la supériorité que leur confère leur expertise. Les femmes de la série, réaliste sur ce point, sont souvent épouses ou secrétaires et les afro-américains occupent des postes subalternes, tel Charlie, ou militaires, tel l’Amiral Fitzwallace. Il est vrai que ces personnages, comme les citoyens ordinaires apparaissant ponctuellement, viennent révéler, par un regard extérieur, l’isolement des technocrates de la Maison Blanche. La série réserve d’ailleurs les trajectoires professionnelles les plus spectaculaires à C.J, porte-parole hésitante devenue directrice de cabinet, et à Charlie, simple livreur nommé assistant puis conseiller. Mais cette remise en cause, à la marge, de la hiérarchie raciale et sexuelle, ne sape pas l’adhésion au modèle du gouvernement par l’expertise ; c’est en adoptant les codes rhétoriques et intellectuels en vigueur dans l’aile ouest qu’ils y trouvent leur place.

62La foi dans les statistiques est l’expression la plus nette du culte de l’expertise. Déjà, le jeune Bartlet expliquait à sa future secrétaire : « Numbers, Ms. Landingham […] If you want to convince me of something, show me numbers! ». Quelques décennies plus tard, quand il hésite à se présenter pour un second mandat, c’est par les chiffres qu’il entreprend de se persuader lui-même, imaginant qu’il s’entretient avec la défunte Ms. Landingham :

BARTLET : Give me numbers.

MRS. LANDINGHAM : I don't know numbers. You give them to me.

BARTLET : How about a child born this minute has a one in five chance of being born into poverty?

MRS. LANDINGHAM : How many Americans don't have health insurance?

BARTLET : 44 million.

[…]

MRS. LANDINGHAM : And one of five kids in poverty?

BARTLET : That's 13 million American children. Three and a half million kids go to schools that are literally falling apart. We need 127 billion in school construction, and we need it today!

(Two cathedrals)

63Signes de compétence, catalyseurs d’indignation, les chiffres ont comme le langage une force persuasive car, manipulés avec sincérité, ils disent l’état du monde.

64L’éloge de l’expertise, de même que le patriotisme lyrique et l’héroïsme présidentiel, expose The West Wing aux soupçons de renforcement idéologique. Au-delà de son parti-pris libéral, cette leçon d’éducation civique en prime time est paraît dissuader toute critique des institutions existantes en en offrant une image idéalisée. De fait, la série n’exalte pas seulement un certain idéal démocratique, elle glorifie également la République : « The show is kind of a valentine to public service. It celebrates our institutions » (Sorkin, 2000). Le patriotisme de The West Wing est un patriotisme institutionnel, comme le rappelle la formule reprise par chaque conseiller en signe d’allégeance : « I serve at the pleasure of the president » (Let Bartlet be Bartlet).

65Parce qu’elle prend la forme d’une utopie, cette célébration supporte toutefois aussi une visée critique. Sous Clinton comme sous son successeur, l’idéalité de la présidence Bartlet dessine en creux les dérives du gouvernement réel : Bartlet et Santos prennent en tout l’exact contrepied du second président Bush, dont Richie, gouverneur inculte d’un grand État du Sud méprisant les élites intellectuelles, est un double explicite. Le débat lors duquel Bartlet le terrasse, assurant sa réélection triomphale, est même pour Sorkin le moyen de réécrire la campagne présidentielle de 2000 :

It was frustrating watching Gore try so hard not to appear smart in the debates [...] we're going to rerun the last election and try a few different plays than the Gore campaign did [...]Toby Ziegler is going to continue his conversation with the President : “[...] You don't want to lose as the smartest kid in class who's running against an everyman. But I'm telling you, be the smartest kid in your class [...] Make this an election about smart and stupid, about engaged and not, qualified and not.' "

(Friend, 2000).

66Le choix de la contemporanéité immédiate permet à la série, en s’éloignant du modèle qu’elle imite, d’esquisser une critique immédiate du pouvoir politique. La parole fictionnelle s’oppose alors à la parole réelle.

67Dans Isaac and Ismaël, épisode spécial hâtivement conçu pour être diffusé trois semaines après le 11 septembre 2001, une menace terroriste entraîne l’immobilisation de la Maison Blanche. Les conseillers s’occupent en offrant à des lycéens en visite une leçon sur le terrorisme et un sermon sur la tolérance. Ils réfutent les amalgames, suggérant que les terroristes islamistes sont à l’islam ce que le Ku Klux Klan est au christianisme. Ils débattent des causes : fanatisme ou pauvreté, haine religieuse ou réaction à l’impérialisme américain. Pendant ce temps, Leo accable un employé arabe soupçonné à tort, avant de devoir s’excuser. L’épisode, fable édifiante trop didactique, fut moqué. Il n’était pourtant pas anodin de mettre en garde vingt-cinq millions de téléspectateurs contre les réactions excessives, alors que le bien réel président annonçait une « croisade » et préparait deux guerres. Au tournant des cinquième et sixième saisons, c’est à la question israélo-palestinienne que la série consacre plusieurs épisodes, exposant le téléspectateur à des arguments rares sur les grands networks – une habile mise en contexte historique évite la réduction du problème au seul terrorisme ou à la seule occupation – et l’accord de paix arraché par Bartlet implique un engagement diplomatique et militaire américain considérable, rappelant le désengagement de l’administration Bush.

68En décembre 1999, une critique du New York Times déplorait le mélange de sentimentalisme et de grandiloquence sous-tendant la représentation du pouvoir présidentiel dans la nouvelle série de NBC, y voyant la confirmation qu’une série télévisée ne saurait à la fois être populaire et exigeante.

[The West Wing presents] a tough-minded sense of the dizzying pace, the compromises, the high-stakes bluffs and strong-arm tactics of politics. Yet in every episode there is the big Television Moment when President Josiah Bartlett […] enters and makes a rousing ideological speech. He is a deus ex president arriving from fantasyland.

(James, 1999)

69Réduire le pathos sorkinien à une compromission forcée par les exigences commerciales de la télévision généraliste ou supposer que la série vise une représentation réaliste du pouvoir revient toutefois à ignorer la nature utopique d’une fiction qui célèbre la vertu civique et la puissance de la parole. Mais l’épopée rhétorique de Bartlet n’en reste pas moins idéologiquement ambigüe. C’est en glorifiant des institutions idéalisées que The West Wing condamne ceux qui se montrent indignes du pouvoir discursif qui leur a été conféré par la Nation. C’est en accordant une supériorité écrasante à son protagoniste principal qu’elle peut exalter à la fois l’héroïsme rhétorique d’une parole présidentielle sacralisée et la confrontation pluraliste de points de vue partisans.

70Bien qu’il échoue souvent à faire se mouvoir le monde au rythme de ses mots, Bartlet manque rarement de convaincre. C’est que la rhétorique de The Wing Wing n’est pas celle d’Aristote, un art de la persuasion axiologiquement neutre, susceptible de servir bons et mauvais desseins. Elle est plutôt celle de Quintilien : un art de dire le bien autant qu’un art de bien dire – un homme mauvais ne saurait être un bon orateur, pour le rhéteur romain. Si Bartlet peut à la fois susciter le débat contradictoire et sortir victorieux de toutes les discussions, c’est que dans The West Wing, la vertu civique triomphe toujours dans le débat.

  • 1  Ce texte a bénéficié des commentaires toujours avisés de Florence Hulak et Thomas Constantinesco. (...)

71Le privilège de la fiction, il est vrai, est de ne pas avoir à justifier ses prémisses. Bartlet le sait bien, et peut l’avouer à Obama, quand celui-ci s’étonne qu’il soit parvenu à faire de sa supériorité morale et intellectuelle un atout électoral plutôt qu’un handicap (Dowd, 2008) : « I won’t lie to you, being fictional was a big advantage »1.

Haut de page

Bibliographie

Campbell, Karlyn Kohrs et Kathleen Hall Jamieson. 1990. Deeds Done in Words. Presidential Rhetoric and the Genres of Governance. Chicago : University of Chicago Press.

Dowd Maureen. 2008. “Aaron Sorkin Conjures a Meeting of Obama and Bartlet”, New York Times, 20 septembre.

Fallows, James. 2008. “The essential exchange of the New Hampshire Democrate’s Debate”, The Atlantic, 6 janvier.

Finn, Patrick. 2003. “The West Wing’s Textual President. American Constitutional Stability and the New Public Intellectual in the Age of Information”, in P.C. Rollins et J. E. Connor (ed.), The West Wing. The American Presidency as Television Drama. (Syracuse: Syracuse University Press) p. 101-124.

Freedland, Jonathan. 2008. “From West Wing to the real thing”, The Guardian, 21 février.

Friend, Tad. 2002. “Snookered by Bush”, The New Yorker, 4 mars.

James, Caryn. 1999. “Does the Mush Keep Brains Afloat on TV?”, The New York Times, 15 décembre.

Jamieson, Kathleen Hall. 1990. Eloquence in an Electronic Age. The transformation of Political Speech-Making. Oxford : Oxford University Press.

Lehman, Chris. 2001. “The Feel-Good Presidency. The Pseudo-Politics of The West Wing”, The Athlantic Montly, March.

MacAskill, Ewen. 2008. “Bill Clinton backs Obama at midnight rally in coveted Florida”, The Guardian, 30 octobre.

Madison, James, Alexander Hamilton et John Jay. 1787-88. Federalist Papers. Harmondsworth: Penguin, 1987.

McKelvey, Tara. 2008. “Mile High With John McCain”, Marie Claire, septembre.

Podhoretz, John. 2000. “The Liberal Imagination”. The Weekly Standard, 27 March.

Quiring, Loren P. 2003. “A Man of His Word. Aaron Sorkin’s American Presidents”, in P. C. Rollins et J. E. O’Connor (ed.), Hollywood’s White House. Lexington : University Press of Kentucky, pp. 234-250.

Schudson, Michael. 1995. The Power of News. Cambridge : Harvard University Press.

Smith, Greg M. 2003. “The Left Takes Back the Flag. The Steadicam, the Snippet, and the Song in The West Wing’s ‘In Excelsis Deo” in P.C. Rollins et J. E. Connor (ed.), The West Wing, p. 125-135.

Sorkin, Aaron. 2000. PBS Newshour.Entretien avec Terence Smith. 27 septembre.

Wilson, Woodrow. 1908. Constitutionnal Government in the United States. New York : Columbia University Press.

Zarefsky, David. 2001. “The Presidency Has Always Been a Place for Rhetorical Leadership” in Leroy G. Dorsey, The Presidency and Rhetorical Leadership.CollegeStation: Texas A&M University Press, p. 22-41.

Haut de page

Notes

1  Ce texte a bénéficié des commentaires toujours avisés de Florence Hulak et Thomas Constantinesco. Il est dédié à François Girard. Someone give him a river to forge, a serpent to slay.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Girard, « «The world can move or not, by changing some words»­: La parole politique en fiction dans The West Wing », Revue de recherche en civilisation américaine [En ligne], 2 | 2010, mis en ligne le 03 mai 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rrca.revues.org/310

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org