Navigation – Plan du site
Articles

« The whole blogosphere is watching » ou la prise d’assaut du parti démocrate par la blogosphère libérale

Françoise Coste

Résumé

Since 2004 and Howard Dean’s pioneering use of the Internet during his primary campaign, the liberal blogosphere has grown dramatically. Today, its readership rivals that of the sites run by traditional newspapers. Two of its most famous members, Markos Moulitsas and Jerome Armstrong, have explained in their 2006 pamphlet ‘Crashing the Gate: Netroots, Grassroots, and the Rise of People-Powered Politics’ how blogs can have a real impact on American political life. They conceive the blogosphere as a paradigm-changing tool which can redefine political activism in the United States. This new ‘netroots’ activism aims at reforming what they see as a deeply-flawed Democratic Party, from its base up. This attempt at decentralizing and democratizing American politics gained a lot of credibility when many of the centrist candidates supported by the blogosphere during the 2006 midterm elections won. Their victory helped the Democratic Party obtain a majority in Congress for the first time since 1994. Such efforts help discredit most of the clichés depicting bloggers as amateurish leftists bound to disappear from America’s political landscape very soon.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À l’origine, les blogs (le mot est une contraction de weblog) étaient des sites Internet où un inte (...)

1Dans les années 1960, les jeunes Américains manifestant pendant la convention démocrate de 1968 criaient « The whole world is watching ! ». Mais après l’apogée des années 1960-1970, ce militantisme de gauche a semblé pendant longtemps être relégué à un rôle mineur dans la politique américaine, nettement dominée par l’aile conservatrice du parti républicain. L’une des principales armes du conservatisme à partir des années 1980 fut la création d’un vaste réseau médiatique permettant d’abreuver des millions de personnes des « talking points » républicains. Les points forts de ce réseau ont d’abord été la radio (avec des talk shows comme celui de Rush Limbaugh) puis la télévision (avec des chaînes comme Fox News). Depuis le début des années 2000, c’est par contre la gauche qui a repris le dessus dans le champ de l’innovation médiatique : les activistes libéraux (au sens américain du terme) ont beaucoup mieux su exploiter la révolution Internet que leurs homologues de droite. C’est en particulier à travers les blogs que cette renaissance militante a pu se produire1.

2Ce serait une grave erreur de considérer les bloggers comme de simple dilettantes, ou comme un phénomène de mode destiné à vite disparaître du paysage politique américain. Certes, les bloggers n’ont fait irruption que récemment dans la politique américaine, mais ils prennent leurs actions avec beaucoup de sérieux et, surtout, ils tentent eux-mêmes de comprendre la signification de leur succès en alimentant une réflexion de plus en plus riche à leur sujet aux États-Unis. Le plus célèbre blogger libéral, Markos Moulitsas, a ainsi écrit en 2006, en collaboration avec un autre blogger, Jerome Armstrong, un manifeste exposant sa conception de la politique et des rôles que peuvent jouer les blogs au sein de la gauche américaine : Crashing the Gate : Netroots, Grassroots, and the Rise of People-Powered Politics. Cet ouvrage constitue sans doute l’une des meilleurs points de départ pour comprendre l’impact des blogs sur le parti démocrate aujourd’hui.

  • 2 La blogosphère a d’ailleurs pris une telle importance en 2004 que les deux partis, démocrate et rép (...)

3Les blogs existent depuis la fin des années 1990, mais ont vraiment pris leur essor lors des tumultueuses années du premier mandat du président George W. Bush. La campagne présidentielle de 2004 a en particulier vu une multiplication spectaculaire des blogs dédiés exclusivement à la politique : on estime que, dans les mois qui ont précédé le scrutin, trois millions de personnes ont lu chaque jour au moins un blog politique (http://www.npi/​blogreport.html, August 10, 2005)2. Aujourd’hui, on estime qu’il existe 112 millions de blogs aux États-Unis. Si l’on se penche plus spécifiquement sur les blogs politiques qui se réclament proches de la gauche américaine, les chiffres sont là aussi impressionnants : les blogs libéraux reçoivent en moyenne 160 millions de consultations par mois, ce qui correspond peu ou prou au lectorat des sites des plus grands journaux américains (http://www.latimes.com/​news/​nationworld/​nation/​la-na-blogs17mar17,0,4018765,full.story?coll=la-home-headlines, March 17, 2007). Le vaisseau amiral de cette blogosphère libérale est sans conteste le site DailyKos, créé par Markos Moulitsas. Markos Moulitsas est né en 1971 à Chicago, puis a vécu plusieurs années dans le pays d’origine de sa famille, le Salvador. Revenu aux États-Unis dans les années 1980, il passa quelques années dans l’armée avant de devenir étudiant à Northern Illinois University, où il évolua fortement politiquement, quittant le parti républicain (pour lequel il votait jusque-là) pour devenir un sympathisant démocrate. Au début des années 2000, il déménagea en Californie pour y travailler en tant qu’informaticien mais, incapable de trouver un emploi, il se mit à poster des commentaires sur l’un des premiers blogs de gauche existant alors, MyDD (pour « My Due Diligence »), créé par l’un des pionniers de la blogosphère libérale, Jerome Armstrong. La pertinence de ses remarques le transforma en vedette montante de la blogosphère, ce qui le convainquit de sauter le pas et de lancer son propre site, DailyKos, lors de l’été 2002 (http://www.washingtonmonthly.com/​features/​2006/​0601.wallace-wells.html, January/February 2006). DailyKos devint très vite extrêmement populaire, et fut l’un des sites phares de la campagne présidentielle de 2004, pendant laquelle Moulitsas soutint Howard Dean, le premier candidat à utiliser avec succès le Net pour financer sa campagne. Aujourd’hui, Daily Kos, qui est devenu un véritable site communautaire où les internautes peuvent eux-mêmes poster leurs « journaux » (« diaries »), reçoit plus de 500 000 visites par jour (http://www.reason.com/​0607/​cr.dw.an.shtml, July 2006).

4Conscient de son immense pouvoir médiatique, Markos Moulitsas est devenu l’un des premiers théoriciens de l’impact de la blogosphère sur les structures et les pratiques traditionnelles du parti démocrate. Ainsi, Crashing the Gate : Netroots, Grassroots, and the Rise of People-Powered Politics, écrit en collaboration avec Armstrong, se veut le premier manifeste d’un nouveau type de militantisme. Moulitsas et Armstrong interprètent d’abord l’essor de la blogosphère libérale comme l’expression d’une immense lassitude, voire même d’une colère, de la base et des sympathisants du parti démocrate à l’encontre de ses cadres, de son « establishment » (le mot revient de façon très fréquente dans leur livre). Le moment séminal de l’histoire de la blogoshpère de gauche est, selon eux, le recompte des voix en Floride lors de l’élection présidentielle très disputée en 2000 :

5Five years ago, the Republicans took over the government through nondemocratic means. Establishment Democrats, for the most part, stood back and watched. […] There was nothing happening on our side. That was the spark. Fed-up progressive activists began organizing online (Armstrong and Moulitsas 2006, p.xv).

6Moulitsas et Armstrong voient cet évènement comme une vignette illustrant tous les problèmes handicapant le parti démocrate depuis de nombreuses années. Le parti est à bout de souffle (« moribund ») et il n’a pas d’idéologie clairement assumée (« [a party] lacking the expression of any core principles ») (Armstrong and Moulitsas 2006, p.xv, 1). Pire encore, l’épisode de la Floride a démontré qu’il était résigné à son statut de parti minoritaire depuis les succès du parti républicain sous Ronald Reagan et George W. Bush (« We’ve also been plagued by a Democratic Party unsure of itself ») : en d’autres termes, c’est un parti qui n’a plus de passion pour la politique, un parti paresseux (« The Republican Party has been able to hijack this country because the Democratic establishment hasn’t worked to stop them […] and sat idly as Republicans notched their electoral wins ») (Armstrong and Moulitsas 2006, p.1, 30). À cause de ce manque de travail sur lui-même, le parti s’est laissé prendre au piège du passé, en restant figé sur son héritage, certes glorieux d’après Moulitsas et Armstrong, mais inadapté aux attentes idéologiques des électeurs du 21ème siècle :

For the Americans in the middle, who have no strong partisan allegiances, we have failed to articulate a real plan or vision. And when we have, it has consisted of little more than going back to the way things were done back when we were in power. So it’s either nothing or ‘That ‘70s Show’. The world has changed in the last thirty years, and we need to bring our thinking into the twenty-first century. […] Right now, the problem is that Democrats are mostly playing defense. We’re running around defending Social Security, defending the Arctic National Wildlife Refuge, defending Roe v. Wade, and so on. Noble and crucial causes, no doubt, but they’re not ideas, they’re not visionary, they’re not forward-thinking […]. We’re basically defending the status quo. […]
So in a (very ironic) way, we have become the conservative party (Armstrong and Moulitsas 2006, p.113, 131).

7Dans la litanie de critiques que Moulitsas et Armstrong lancent contre le parti démocrate, certaines de ses branches sont particulièrement visées. Le pamphlet des deux bloggers insiste sur trois cibles principales, les trois principales composantes de l’establishment démocrate à Washington. Tout d’abord, le DLC, le Democratic Leadership Council, un groupe créé dans les années 1980 par de jeunes leaders désireux de rénover l’idéologie du parti en lui donnant une tonalité plus centriste (Bill Clinton était alors l’un de ces rénovateurs les plus influents). Mais, contrairement aux nombreux clichés véhiculés par la presse traditionnelle au sujet des bloggers gauchistes, les attaques de  Moulitsas et Armstrong contre le DLC ne se focalisent pas du tout sur son centrisme (cf. ci-dessous), mais sur ses pratiques électorales, essentiellement son manque de dynamisme et d’agressivité face au parti républicain (« The Democratic Leadership Council […] now represented the epitome of the insider establishment groups – intellectually lazy, stuck in the past, oblivious to the nation’s changing political landscape. ») (Armstrong and Moulitsas 2006, p.141).

8Moulitsas et Armstrong pointent également du doigt les consultants médiatiques travaillant pour les candidats démocrates, en particulier lors des campagnes présidentielles. Ces consultants sont payés à prix d’or par le parti pour élaborer sa stratégie médiatique (traditionnellement, les consultant touchent une commission allant de 7 à 15 % sur chaque dollar dépensé en publicité par une campagne) (Armstrong and Moulitsas 2006, p.81-82). Et pourtant, selon Moulitsas et Armstrong, campagne après campagne, ils font preuve d’une spectaculaire incompétence. Très rares sont les consultants renvoyés par le parti après avoir conduit un candidat à la défaite (en 2004, John Kerry a par exemple recruté le célèbre consultant Bob Shrum, même si celui-ci avait déjà dirigé sept campagnes présidentielles par le passé, en n’en remportant absolument aucune). Pire, les consultants ne prennent pas du tout en compte l’évolution du monde médiatique ces dernières années. Ainsi, Moulitsas et Armstrong s’insurgent contre les consultant qui fonctionnent dans des schémas dépassés, convaincus que le meilleur plan média pour un candidat est de systématiquement saturer de spots publicitaires les chaînes de télévision. Or le problème est que de moins en moins d’Américains regardent les grandes chaînes de télévision généralistes, un phénomène complètement ignoré par les consultant entourant Kerry en 2004 : « The inept media consultants driving John Kerry’s 2004 strategy acted as if it were still 1984. […] One night during the last week of the campaign, Tad Devine, a partner with Shrum […], boasted that Kerry was running 15 to 25% more TV commercials than Bush in Florida. […] In the early 1970s, advertisers could reach 90% of households during prime time on the three major networks. Today, the three major networks and the Fox Network capture less than 40% ») (Armstrong and Moulitsas 2006, p.93). Bien sûr, le media qui remplace de plus en plus la télévision est le Net, mais comme les consultants démocrates ne touchent pas de commission sur les publicités sur Internet, ils négligent ce support, au grand malheur des candidats démocrates.

9Les attaques contre le DLC ou les consultants comme Shrum ne se cantonnent pas à la blogosphère, et Moulitsas et Armstrong ne sont pas les premiers à identifier ces problèmes. Crashing the Gate : Netroots, Grassroots, and the Rise of People-Powered Politics fait, par contre, preuve d’une plus grande originalité dans son analyse du parti démocrate dans les passages où Moulitsas et Armstrong se placent sur un terrain plus idéologique et critiquent les vaches les plus sacrées du parti : les groupes d’intérêt libéraux qui forment le cœur financier et militant de la coalition démocrate depuis les années 1960. À leurs yeux, loin d’enrichir le parti, ces lobbies limitent son audience :

The Democratic Party, which was clearly identified from the 1930s to the 1960s with improving the economic status of ALL Americans, is now effectively portrayed as more concerned with social issues and ‘special interests’, including abortion rights, gay and lesbian rights, gun control, environmental regulation, labor unions, and trial lawyers (Armstrong and Moulitsas 2006, p.30).

  • 3 Pour Moulitsas et Armstrong, les lobbies de gauche font aussi beaucoup de mal au parti démocrate su (...)

10Moulitsas et Armstrong n’ont donc pas peur de faire preuve d’hérésie idéologique en critiquant d’une manière très sévère les plus célèbres symboles du libéralisme américain. Ils leur reprochent d’abord leur égoïsme : trop obnubilés par la défense de leur cause spécifique, ces lobbies n’agissent jamais de façon solidaire avec le reste du parti (« The Democratic Party […] is a gaggle of special and narrow interests, often in conflict with each other, rarely working in concert to advance their common causes. ») (Armstrong and Moulitsas 2006, p.37). De l’emprise de ces groupes découlent, d’après Moulitsas et Armstrong, tous les principaux maux du parti démocrate. Si le parti n’a pas de corpus idéologique clairement identifiable par rapport au parti républicain, c’est parce que les groupes d’intérêts libéraux sont un obstacle à toute réflexion d’ensemble («Their cacophony of noise […] has prevented the party from developping a clear, concise, and all-encompassing vision. ») (Armstrong and Moulitsas 2006, p.38). Et si le parti continue de se comporter comme il le faisait avant les succès républicains des années 1980-1990, c’est parce que les lobbies n’ont jamais fait évoluer leurs méthodes militantes (« Just as they have been since the 1960s, Democrats act as though they are still in power in DC and just need to tweak their talking points and dispatch their lobbyists to Capitol Hill to get their legislation through. ») (Armstrong and Moulitsas 2006, p.38)3.

11Ces attaques contre les principaux alliés du parti démocrate sont d’autant plus intéressantes que Moulitsas et Armstrong ne tarissent pas d’éloges sur la droite américaine. Ils saluent en particulier le formidable réseau de think-tanks et de médias dont elle s’est dotée depuis les années 1960 pour accompagner sa prise de pouvoir politique (l’Heritage Foundation, Fox News Channel, la talk radio etc…). Ils admirent l’efficacité de ce que Hillary Clinton a surnommé un jour « the Vast Right-Wing Conspiracy » et plutôt que de se contenter de regretter son emprise sur le monde politique américain, comme le font beaucoup de leaders démocrates, Moulitsas et Armstrong veulent suivre son exemple et créer à leur tour une « vast left-wing conspiracy » (Armstrong and Moulitsas 2006, p.109). Et, bien sûr, à leurs yeux, la base de ce nouveau mouvement médiatico-politique doit être la blogosphère.

12C’est sans doute là que se situe l’aspect le plus original de Crashing the Gate : les positions très sévères de Moulitsas et Armstrong à la fois à l’encontre d’icônes libérales comme les groupes pro-choice, syndicaux ou écologiques et des cadres centristes du DLC pourraient donner l’impression d’un rejet en bloc du parti démocrate au sein de la blogosphère. Or il n’en est rien : certes, les bloggers se décrivent comme des insurgés mais, dans le même temps, ils ne conçoivent leur combat qu’à l’intérieur du parti démocrate. Contrairement à d’autres mouvements de protestation du passé, les bloggers entament donc leur combat dans le plus grand pragmatisme politique :

If only we would say; ‘To hell with the Democratic Party!’ But part of the present American reality is that we live in a two-party system, and the Democratic Party is our only alternative. It’s efficient – and expedient – to reform the existing party of the left, much as the conservative movement took over the Republican Party in the 1970s (Armstrong and Moulitsas 2006, p.3).

13L’intention de Moulitsas et Armstrong de prendre le pouvoir au sein du parti démocrate (d’où le Crashing the Gate de leur titre) peut sembler bien ambitieuse, mais ils sont persuadés de détenir le meilleur outil pour y parvenir : les nouvelles technologies. Leur conception du militantisme s’articule en effet autour d’un néologisme très intéressant qui figure dans le sous-titre de leur livre, le terme ‘netroots’ (inventé par Armstrong en 2002). Moulitsas et Armstrong définissent « the netroots » comme « this online grassroots community that has grown dramatically in the past five years » (Armstrong and Moulitsas 2006, p.146). Ce militantisme ‘grassroots’ adapté à l’ère d’Internet se distingue cependant sensiblement des mouvements ‘grassroots’ qui ont marqué le parti démocrate par le passé car il prend en compte les dérives regrettables de la gauche américaine tant décriées par Moulitsas et Armstrong : « the netroots are bonded not by their allegiance to any single issue, but by their belief that only a broad-based progressivism will save the nation » (Armstrong and Moulitsas 2006, p.146).

14De plus, passer par des blogs pour organiser ce nouveau type de militantisme offre l’avantage incomparable de pouvoir démocratiser l’engagement politique. Ainsi, Moulitsas et Armstrong reviennent sans cesse dans leur livre sur le fait que la blogosphère a donné naissance à un « people-powered movement » et à « people-powered politics ». Les blogs libéraux, qui sont lus par des millions de personnes chaque jour, donnent à la base du parti, à des personnes qui n’étaient peut-être jusqu’alors même pas politisées, l’opportunité de se faire entendre et d’influencer l’establishment du parti. On change alors de paradigme, et les sympathisants démocrates ne sont plus de simples godillots, mais ils participent « collectivement » à une « conversation » (Armstrong and Moulitsas 2006, p.xv). En d’autres termes, pour Moulitsas et Armstrong, la démocratisation de l’action politique passe par une décentralisation de l’organisation du parti démocrate : « People-powered politics is the decentralization of power from the elites in the media, political, ans activism establishments to regular people. Media access and ownership is no longer restricted to the wealthy and connected » (Armstrong and Moulitsas 2006, p.173). Ce sont ainsi tous les schémas traditionnels de la participation au champ du politique qui se trouvent bouleversés et grand ouverts grâce à l’émergence de la blogosphère.

15Vu l’arrivée très récente des blogs dans le paysage médiatique et politique américain, et vu l’ampleur des ambitions de Moulitsas et Armstrong, il serait facile de discréditer leurs écrits comme les élucubrations de deux idéalistes isolés et inconnus. Et s’il  est vrai que, jusqu’en 2004, la blogosphère était peu prise sérieusement par le monde politique, son impact est devenu depuis l’élection présidentielle de cette année-là beaucoup plus concret.

16En premier lieu, on ne peut plus considérer les bloggers comme de simples amateurs. Les blogs libéraux les plus lus (DailyKos bien sûr, mais aussi Talking Points Memo, Eschaton, Political Animal…) sont aujourd’hui tous écrits par des professionnels, des bloggers à plein temps qui gagnent leur vie grâce à leur site. C’est le système dit ‘Blogads’ qui a permis cette évolution : depuis 2003, cette agence de publicité en ligne permet en effet d’acheter des espaces publicitaires sur les blogs. Cette innovation capitale assure des revenus très confortables à certains bloggers : John Micah Marshall, qui a créé Talking Points Memo en 2000, fait payer ses annonceurs 5 dollars pour être présents sur une page vue mille fois (ce qui peut paraître peu mais prend une autre ampleur quand on sait que le site reçoit en moyenne 150 000 visites par jour) (http://www.newyorkmag.com/​news/​media/​15967/​, February 20, 2006).

  • 4 L’excellente utilisation du Net par la campagne de Dean fut également facilitée par le fait que le (...)

17L’enjeu financier autour de la blogosphère a également beaucoup évolué depuis le vote par le Congrès de la loi McCain-Feingold en 2002. Cette grande réforme du financement de la vie politique a interdit aux partis de recevoir de la ‘soft money’, des dons privés complètement non-réglementés jusque-là, et atteignant parfois des sommes vertigineuses. La loi a forcé les partis à se tourner plutôt vers la ‘hard money’, des dons limités à 2000 dollars par personne et par candidats (limite passée à 2100 dollars en 2006). Les bloggers ont immédiatement compris l’avantage que représentait pour eux cette nouvelle législation. McCain-Feingold ouvrit en effet l’ère du ‘small donor’ et les bloggers se sont engouffrés dans cette brèche, utilisant dès la présidentielle de 2004 leur immense influence pour convaincre des millions d’internautes de contribuer, souvent pour la première fois de leur vie, aux campagnes de certains candidats démocrates. Le premier candidat à démontrer la viabilité d’un modèle financier fondée sur la blogosphère fut Howard Dean : lors des primaires démocrates de 2004, l’ancien gouverneur du Vermont, très populaire parmi les bloggers les plus influents, récolta en ligne 40 millions de dollars, avec une contribution moyenne de moins de 100 dollars (http://www.nytimes.com/​2004/​09/​26/​magazine/​26BLOGS.html?_r=1&scp=1&sq=fear+and+laptops+on+the+campaign+trail&oref=slogin, September 26, 2005 ; http://www.blogpulse.com/​papers/​2005/​AdamicGlanceBlogWWW.pdf, March 4, 2005)4. L’arrivée en force du Net dans le financement de la vie politique se confirma lors de la campagne pour l’élection générale de novembre, puisque John Kerry récolta un tiers de ses dons en ligne (contre seulement 3% pour Bush) (http://www.washingtonpost.com/​ac2/​wp-dyn?pagename=article&contentId=A61480-2004May2&notFound=true, May 3, 2004). Dans leur livre qui, on l’a dit, frappe par son approche très pragmatique du combat politique, Moulitsas et Armstrong se félicitent à plusieurs reprises d’un tel financement des candidats par des petites donations d’internautes. Ils voient là la principale arme de la blogosphère pour réussir sa conquête du parti démocrate par sa base : « Money and mobilization are the two key elements of all political activity, and if the netroots have their way, the financial backbone of the Democratic Party will be regular people » (Armstrong and Moulitsas 2006, p.170).

  • 5 Les rapports entre la blogosphère libérale et les instances du parti démocrate sont d’autant plus é (...)

18La démonstration de force financière de la blogosphère libérale en 2004 l’a fortement crédibilisée aux yeux du parti démocrate. Après la défaite de Kerry contre Bush, les leaders du parti entrèrent dans une période de doute et tentèrent de comprendre les causes de leur impuissance. Dans un acte de remise en cause assez remarquable, ils se tournèrent alors vers leurs critiques les plus virulents, les bloggers. Ainsi, depuis 2005, les leaders des Démocrates du Sénat organisent au moins une fois par semaine une téléconférence avec Markos Moulitsas (http://www.msnbc.com/​id/​13531726/​site/​newsweek/​, July 3-10, 2006). Et, depuis l’été 2006, Moulitsas organise une convention annuelle réunissant les acteurs de la blogosphère libérale, YearlyKos (à partir de 2008, la convention sera baptisée Netroots Nation). Dès sa première édition, YealyKos a attiré tout l’establishment démocrate, en particulier les potentiels candidats à la présidentielle de 2008 ainsi que le leader des Démocrates au Sénat, Harry Reid (http://www.nytimes.com/​2006/​06/​10/​us/​10bloggers.html?_r=1&scp=1&sq=gathering+highlights+power+of+the+blog&oref=slogin, June 10, 2006)5. Les bloggers semblent donc être devenus des acteurs à part entière de la vaste coalition démocrate, aussi incontournables dorénavant que les autres groupes d’intérêt libéraux tant décriés par Moulitsas et Armstrong.

19Mais c’est surtout lors des élections de mi-mandat de novembre 2006 que la blogosphère libérale a vécu son test le plus important à ce jour. Ces élections pour le Congrès sont l’illustration concrète du nouveau modèle de militantisme défendu par Moulitsas et Armstrong. Elles ont en particulier mis à jour une fracture désormais centrale au sein du parti démocrate, fracture que l’on pouvait en fait anticiper à la lecture de Crashing the Gate. Les bloggers étaient favorables lors de ce scrutin à une stratégie électorale très différente de celle défendue par l’establishment du parti et, surtout, par les groupes d’intérêts libéraux. Dans leur livre, Moulitsas et Armstrong reprochent au parti démocrate de ne pas être présent partout dans le pays, de ne même pas présenter de candidats dans les circonscriptions les plus conservatrices. Ils souhaitent au contraire voir des candidats démocrates partout, ce quadrillage de toute la carte électorale ne présentant à leurs yeux que des avantages : « Challenging Republicans in all races and all geographic areas is a good idea – it builds the Democratic Party’s brand, it exhausts the Republicans’ resources and it sows the seeds for future Democratic wins » (Armstrong and Moulitsas 2006, p.164). Quant au conflit qui oppose les bloggers aux lobbies proches des démocrates, il est d’ordre plus idéologique et résulte d’une différente hiérarchisation des priorités de la gauche américaine : pour Moulitsas et Armstrong, la priorité est de faire élire des démocrates. Pour les lobbies historiques du parti, la priorité est la défense de la pureté de leur cause. De nombreuses pages de Crashing the Gate sont consacrées à ce problème : lors des élections sénatoriales dans le Rhode Island en novembre 2006, le principal lobby pro-choice, NARAL Pro-Choice America, a par exemple apporté son soutien au sortant républicain, Lincoln Chafee, car il était l’un des rares républicains à soutenir le droit à l’avortement au Sénat. Or Moulitsas et Armstrong n’ont que du mépris pour les dirigeants de NARAL, ces « single-issue dogmatists » qui ont préféré dépenser leurs ressources pour aider un républicain plutôt que de soutenir le candidat démocrate mieux placé que lui dans les sondages car il était, à la grande colère de NARAL, favorable à certaines limitations du droit à l’avortement. Moulitsas et Armstrong rejettent absolument cette attitude qu’ils qualifient de « cause-first, party-second »(Armstrong and Moulitsas 2006, p.40-41). Ils revendiquent ainsi une approche à l’opposé des pratiques démocrates : essayer d’être compétitifs partout, et ne plus écouter les diktats idéologiques des groupes d’intérêts libéraux défendant une seule cause.

  • 6  Pour reprendre l’exemple de l’avortement, Moulitsas et Armstrong assument soutenir des candidats d (...)

20Ceci explique que lors des mid-terms de 2006, le positionnement de la blogosphère de gauche a surpris ceux qui ne voyaient en elle qu’un groupe d’agitateurs gauchistes. Les bloggers proches du parti démocrate ont en effet complètement assumé leur soif de victoire partisane, quel qu’en soit le prix, même si cela signifiait soutenir des candidats aux positions modérées et centristes. On retrouve là le fond de pragmatisme qui caractérise si fortement Crashing the Gate : la plupart des bloggers les plus célèbres de la blogosphère de gauche sont, personnellement, très libéraux, mais ils sont prêts à se battre pour les candidats démocrates proches de la droite du parti qui ont le courage de se présenter dans les circonscriptions les plus conservatrices car leur priorité est de bouter le parti républicain hors du pouvoir, que ce soit à Washington ou à la tête des différents états6. Markos Moulitsas le reconnaît lui-même : « They want to make me into the latest Jesse Jackson, but I’m not ideological at all. I’m just all about winning » (http://www.washingtonmonthly.com/​features/​2006/​0601.wallace-wells.html, January/February 2006). En 2006, la blogosphère libérale s’est par conséquent mobilisée pour des candidates démocrates modérés, comme Jon Tester dans le Montana, James Webb en Virginie ou encore Sherrod Brown dans l’Ohio. Cet activisme a pris principalement deux voies : appeler les internautes à contribuer financièrement à la campagne de ces candidats et convaincre le plus de personnes possibles vivant dans ces états de militer sur le terrain pour ces candidats (http://www.msnbc.com/​id/​13531726/​site/​newsweek/​, July 3-10, 2006). Au final, ces candidats l’ont emporté contre leurs adversaires républicains.

21Bien sûr, ces victoires ne sont pas le seul fait du soutien de la blogosphère. Mais l’implication médiatique et financière immense des blogs de gauche dans ces campagnes très symboliques, et finalement cruciales pour redonner au parti démocrate la majorité au Congrès pour la première fois depuis 1994, a solidifié l’implantation de la blogosphère dans le paysage politique américain, en prouvant qu’elle pouvait être un allié précieux et très motivé pour le poussiéreux parti démocrate. La blogosphère mérite par conséquent d’être considérée comme un véritable mouvement, une nouvelle étape dans l’histoire de la gauche américaine, et non comme une simple mode passagère.

Haut de page

Bibliographie

Livres

Armstrong, Jerome and Markos Moulitsas. 2006. Crashing the Gate: Netroots, Grassroots, and the Rise of People-Powered Politics (White River Junction, VT: Chelsea Green Publishing Company)

Articles de presse en ligne

Darman, Jonathan. “The War’s Left Front”, Newsweek (July 3-10, 2006), 26/06/2006 <http://www.msnbc.com/id/13531726/site/newsweek/>

Farhi, Paul. “Small Donors Grow Into Big Political Force”, The Washington Post (May 3, 2004), 13/01/2008 <http://www.washingtonpost.com/ac2/wp-dyn?pagename=article&contentId=A61480-2004May2&notFound=true>

Klam, Matthew. “Fear and Laptops on the Campaign Trail”, New York Times Magazine (September 26, 2004), 15/11/2005 <http://www.nytimes.com/2004/09/26/magazine/26BLOGS.html?_r=1&scp=1&sq=fear+and+laptops+on+the+campaign+trail&oref=slogin>

McDermott, Terry. “Blogs can top the presses”, Los Angeles Times (March 17, 2007), 17/03/2007 <http://www.latimes.com/news/nationworld/nation/la-na-blogs17mar17,0,4018765,full.story?coll=la-home-headlines>

Nagourney, Adam. “Gathering Highlights Power of the Blog”, The New York Times (June 10, 2006), 10/06/2006 <http://www.nytimes.com/2006/06/10/us/10bloggers.html?_r=1&scp=1&sq=gathering+highlights+power+of+the+blog&oref=slogin>

Thompson, Clive. “Blogs to Riches”, New York Magazine (February 20, 2006), 12/04/2006 <http://www.newyorkmag.com/news/media/15967/>

Wallace-Wells, Benjamin. “Kos Call”, Washington Monthly (January/February 2006), 17/01/2006 <http://www.washingtonmonthly.com/features/2006/0601.wallace-wells.html>

Articles en ligne

Adamic, Lada and Natalie Glance. “The Political Blogosphere and the 2004 Election: Divided They Blog”. (March 4, 2005), 08/12/2007 <http://www.blogpulse.com/papers/2005/AdamicGlanceBlogWWW.pdf>

Bowers, Chris and Matthew Stoller. “Emergence of the Progressive Blogosphere: A New Force in American Politics.” New Politics Institute. (August 10, 2005). 08/11/2005 <http://www.npi/blogreport.html>.

Weigel, David. “An Army of Bloggers”, ReasonOnline (July 2006), 24/08/2006 <http://www.reason.com/0607/cr.dw.an.shtml>

Site Internet

Project for excellence in journalism. The State of the News Media 2005. 2005. Columbia University. 08/11/2005 <http://www.stateofthemedia.org/2005/>.

Haut de page

Notes

1 À l’origine, les blogs (le mot est une contraction de weblog) étaient des sites Internet où un internaute tenait son journal intime. Très vite, les passionnés de politique ont compris le potentiel représenté par un tel outil et ainsi sont apparus les blogs politiques : des sites où un mordu de politique commente, souvent plusieurs fois par jour, l’actualité grâce à des remarques personnelles (des posts), mais aussi à des liens vers d’autres blogs ou vers des articles parus dans la presse traditionnelle et postés sur les sites Internet des grands médias (les Main Stream Media, ou MSM, dans le jargon des bloggers américains). L’ensemble des bloggers et de leurs lecteurs (qui peuvent, dans la plupart des cas, laisser leurs propres commentaires après chaque post) est surnommé la blogosphère.

2 La blogosphère a d’ailleurs pris une telle importance en 2004 que les deux partis, démocrate et républicain, ont invité des bloggers lors de leurs conventions nationales cette année-là, en les accréditant comme s’il s’agissait de journalistes normaux (http://www.stateofthemedia.org/2005/, 2005).

3 Pour Moulitsas et Armstrong, les lobbies de gauche font aussi beaucoup de mal au parti démocrate sur le plan médiatique, puisque leur idéologie et leurs méthodes vieillissantes sont très facilement caricaturables par la droite : « They help provide the Republicans with a treasure trove of attack opportunities. While de Democratic Party should be the party of the people, it has become, with a lot of help from Republican framing, a party of ‘immoral’ abortionists, ‘extremist’ tree-huggers, ‘corrupt’ labor officials, ‘greedy’ trial lawyers, ‘predatory’ homosexuals, and ‘antiwhite’ minority activists. After all, there are the loudest and most influential voices in our party. » (Armstrong and Moulitsas 2006, p.39).

4 L’excellente utilisation du Net par la campagne de Dean fut également facilitée par le fait que le pionnier de la blogosphère, Jerome Armstrong, était alors salarié de la campagne, un conflit d’intérêt que ni Armstrong, ni son ami Markos Moulitsas, ne rendirent public sur leurs blogs.

5 Les rapports entre la blogosphère libérale et les instances du parti démocrate sont d’autant plus étroits aujourd’hui que le président du parti, le chairman du Democratic National Committee, est depuis février 2005 Howard Dean, le candidat favori des bloggers lors des primaires de 2004. D’ailleurs, son élection à ce poste a été le résultat d’une grande campagne en sa faveur dans la blogosphère, un évènement interprété par de nombreux observateurs comme la première victoire des militants ‘netroots’ : « the real story of the race is the diffusion of power away from Washington and to new people and entities that have rushed to fill the power vacuum at the top of the party » écrivit alors par exemple The New Republic (cité dans Armstrong and Moulitsas 2006, p.151).

6  Pour reprendre l’exemple de l’avortement, Moulitsas et Armstrong assument soutenir des candidats démocrates pro-life dans les états conservateurs en partant du principe que si ces élus permettent de donner au parti démocrate une majorité au Congrès, alors leur positionnement vis-à-vis de l’avortement n’aura aucune incidence : un Congrès à majorité démocrate n’organiserait jamais un vote visant à interdire l’avortement, donc la question ne se poserait pas (Armstrong and Moulitsas 2006, p.44).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Coste, « « The whole blogosphere is watching » ou la prise d’assaut du parti démocrate par la blogosphère libérale », Revue de recherche en civilisation américaine [En ligne], 1 | 2009, mis en ligne le 05 mars 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rrca.revues.org/160

Haut de page

Auteur

Françoise Coste

Université de Toulouse 2 -Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org